Pourquoi et comment Facebook censure les pages

AVIS : Avez-vous lu la déclaration de droits et responsabilités de votre compte Facebook? Sinon, lisez cet article jusqu’à la fin.

Je savoure  les chroniques de Myriam Bouchard, la sexologue du Saguenay, dans le Quotidien et à KYK Radio X. 

Jusqu’à tout récemment, j’étais abonnée à sa page Facebook professionnelle. 

Myriam  réussit à nous entretenir de la sexualité sous toutes ses formes avec doigté et justesse. Elle nous informe de sujets délicats concernant notre intimité avec une touche d’humour qui lui est propre. C’est ainsi qu’elle nous éduque sur  la fellation, le sexe anal, l’infidélité, la pornographie et, dans son dernier article, le cunnilingus (vous trouverez une définition de tous ces mots sur le web).

Elle sensibilise aussi les jeunes et les moins jeunes aux  abus sexuels, à l’apparence physique, à l’estime personnelle, à l’avortement, aux ITS, à l’homosexualité, aux réseaux sociaux et j’en passe.

Après avoir traité de tous ces sujets, Facebook censure Myriam à la suite des propos qu’elle a tenus  sur les ondes de KYK Radio X Saguenay au sujet de la culture du viol, un sujet délicat qui provoque la controverse.

Myriam a partagé son entrevue à KYK Radio X sur sa page afin de susciter le débat. Ses propos ont été partagés sur Facebook et une simple plainte d’une personne qui les jugeait offensants a eu pour conséquence la fermeture indéfinie de la page Facebook de la blogueuse. Elle l'explique d'ailleurs dans sa chronique parue dans Le Quotidien le 5 novembre deriner: Facebook m'a coupé les doigts 

POURQUOI ?

Avec plus d’un milliard d’abonnés, Facebook s’est doté de « standards acceptables » et de règlements d’utilisation, comme en témoigne l’extrait suivant :

« Les gens utilisent Facebook pour partager leurs expériences et pour sensibiliser les autres sur des sujets qui leur tiennent à cœur. Cela signifie que vous pouvez être confronté(e) à des avis différents du vôtre, ce qui, selon nous, peut mener à une discussion intéressante portant sur des sujets complexes. Cependant, en vue d’établir un équilibre entre les besoins, la sécurité et les centres d’intérêt d’une communauté diversifiée, nous pouvons supprimer certains types de contenu sensible ou en restreindre l’accès. »

Facebook invite donc tous les usagers à respecter sa mission de rendre le monde plus ouvert et connecté :

« Notre communauté mondiale ne cesse de s’élargir et nous nous efforçons d’accueillir les utilisateurs dans un environnement exempt de contenu abusif. Pour ce faire, nous comptons sur les personnes comme vous. Si vous trouvez sur Facebook du contenu qui semble enfreindre nos conditions, n’hésitez pas à nous le signaler. Partout dans le monde, nous disposons d’équipes chargées de traiter les éléments que vous signalez, afin de garantir que Facebook reste un site sûr. »

Pour arriver à contrôler des milliards d’échanges et à garantir le respect des standards de la communauté, un système de signalement basé sur quatre principes clés  a été mis en place:

  • Assurer votre sécurité
  • Encourager un comportement respectueux
  • Reconnaître la diversité culturelle
  • Mettre à votre disposition des outils pour contrôler ce que vous voyez

Facebook a ainsi établit  8 grandes catégories de sujets normés dont les menaces  directes, l'automutilation et suicide et la violence et l'exploitation sexuelles.         

COMMENT ?

Vous pouvez signaler des éléments inappropriés ou insultants sur un profil, une publication, une photo ou un commentaire (par exemple : nudité, incitation à la haine, menaces).

Vous pouvez aussi signaler une page professionnelle.

« Nous examinerons la Page et supprimerons tout ce qui ne respecte pas les Standards de la communauté Facebook. Nous pouvons également mettre en garde la personne responsable ou désactiver son compte. »

LES RÈGLES DE FACEBOOK NE SONT PAS DES LOIS

Les règles de Facebook ne sont pas des lois. Mais lorsque vous avez créé votre profil ou votre page, vous avez « signé  », probablement, sans la lire, une déclaration des droits et responsabilités,

Les pages professionnelles sont aussi soumises à des conditions

Cependant, le jugement et la décision sont, encore là, du ressort d’une équipe de modérateurs engagés par Facebook. Si vous souhaitez poursuivre Facebook ou si vous êtes poursuivis par Facebook, sachez que vos démarches devront être faites devant les tribunaux américains:

« Vous porterez toute plainte, action en justice ou contestation (« action ») afférente à cette Déclaration ou à Facebook exclusivement devant un tribunal américain du Northern District de Californie ou devant un tribunal d’État du comté de San Mateo, et vous acceptez de respecter la juridiction de ces tribunaux dans le cadre de telles actions. Le droit de l’État de Californie régit cette Déclaration, de même que toute action entre vous et nous, sans égard aux dispositions en matière de conflits de lois. »

DEUX POIDS, DEUX MESURES

Les règles de Facebook sont claires, mais les critères de mise en application ne le sont pas autant. Il y a souvent deux poids, deux mesures. De toute évidence, la montée du phénomène Facebook dépasse nos institutions légales et nos législateurs. 

Il y a des milliers de concours illégaux tous les jours qui transgressent les règles de Facebook ainsi que la loi de la Régie des courses et des jeux 

Tous les jours, sous les publications de pages qui appartiennent à des médias d’information, je vois des commentaires gratuits et désobligeants qui proviennent de gérants d’estrade, sans aucune modération de la part des administrateurs des dites pages.  Le cas de Safia Nolin est un exemple éloquent!

UNE RÉPRIMANDE TROP SALÉE

Pour atteindre son niveau professionnel et sa notoriété, Myriam a dû investir  beaucoup de temps et d’énergie. De plus, elle n’était pas payée à l’heure même si elle en a mis des centaines pour rédiger ses blogues, alimenter sa page Facebook et modérer les contenus et les discussions de plus de 2000 fans. Une réprimande trop salée à mon avis.

La plainte d’une personne avec un seuil de tolérance « discutable » a permis à  Facebook de fermer le compte de Myriam de manière immédiate et irrévocable.

Comme Myriam  n’a pas l’énergie pour se défendre, elle a plutôt créé une nouvelle page professionnelle. Des milliers de personnes s’y abonneront, moi la première!

Quand pensez-vous ?

Visitez sa page facebook.com/myriamblogueuse ou son blogue myriamsexologue.com

< Retour aux articles